lundi 30 mars 2015

dernier week end avant tunnel saisonnier

Disons que ce week end était peut être mon dernier, 
avant une longue et passionnante saison de barques en polyéthylène

et ça tombait bien parce qu'on en a profité pour partir en virée !

4 filles / 2 marmots

* Etape 1 chez moi 
j'en ai profité pour regarder Ratatouille avec le cornichon dans mon lit.
 
* Etape 2 à Bouzigues 
pour encourager une qui court au milieu de 600 fous de course à pied 
et les 4 autres qui crient en mangeant des tielles.
vous imaginez les coureurs arrivant, se prenant des postillons aux poulpes sur le visage ?  et oui c'est bien ça, fallait pas nous inviter.

* Etape 3 : TOULOUSE 
pour rejoindre une 5ème + 2 marmots supplémentaires 
(j'espère que vous suivez toujours)
Après endormissement de la petite armée de rejetons, 
le rhum et les discussions ont coulé à flot !









vendredi 20 mars 2015

la question de l'éducation







J'ai attendu 32 ans pour envoyer chier un professeur.

il aura fallu un permis D pour cela.

Lui crier dessus comme il me crie dessus, lui parler comme il me parle
ça parait évident qu'adulte on n'a plus cette barrière
et pourtant je peux vous dire que je suis quasiment la seule à oser la franchir.
Mes collègues qui sont majoritairement des hommes de milieux très populaires issus de l'immigration, pour parler comme il faut, c'est à dire des gens à qui la société répète insidieusement qu'ils n'ont ni leur place, ni la légitimité de contredire qui que se soit, se taisent.
et l'ouvrent à la machine à café.
Ils acceptent l'humiliation car ils n'ont pas d'armes saines pour la contrer,
jusqu'à l'explosion.
ça me rend malade parce que ça en dit tellement long sur notre société.

je suis du genre de personne qui a besoin de l'estime et d'estimer pour faire des progrès
je n'ai jamais avancé avec quelqu'un qui m'enfoncait
Je suis très scolaire, j'aime sentir qu'on est fier de moi.

et je fais donc en partie les choses pour cela.
Pour qu'on m'estime.
ou plutôt :
pour que les gens que j'estime, m'estime

Est ce que c'est une faiblesse?
Est ce que je suis le pur produit du système éducatif français ?
La peur des mauvaises notes, la peur de décevoir je la connais bien
ça m'a fait souffrir sans aucun doute
Mais est ce que pour autant c'était bon ou mauvais pour moi ?
Je n'en sais rien, vraiment.
Je ne sais pas si il y a un meilleur système pour amener les gens à avancer
et je me le demande beaucoup
ce dont je suis sûre c'est que c'est la façon d'imposer cette autorité qui compte.
 
Etant entouré de pas mal de jeunes parents, le sujet de l'éducation et celui de l'école est très présent.

j'ai été élevé dans le culte de l'école publique,
l'école de la république, la confrontation de tous les milieux
l'importance de l'acte citoyen que cela implique de mettre ces enfants à l'école publique
et l'enrichissement culturel pour l'élève
j'en ai toujours été persuadé
je le suis encore, je crois
mais je ne sais pas si ces confrontations avec des enfants qui n'avaient pas les mêmes codes culturels que moi ont été plus bénéfiques que traumatisantes.

Est ce que j'en suis ressortie plus solide ?
je l'ai cru longtemps.

Un jour ma soeur m'a parlé d'une étude qui avait été faite sur les enfants qui ont vécu en camp de concentration, il ressort de cette étude, (d'après le souvenir que j'ai de la conversation) que ceux qui étaient habitués dans leur vie antérieure au camp, à une vie rude (matériellement et affectivement)  n'ont pas été les mieux armé pour survivre à cette épreuve.

donc, est ce que le fait d'en chier quand on est môme nous rend plus fort ?
visiblement non.

Tout reste question de mesure bien sur, en chier à l'école quand on a derrière un environnement familial bienveillant et solide n'a rien à voir avec des enfants avec une vie familiale compliquée.
Mais là je ne me penche que sur le cas de l'école.

Quelques personnes autour de moi optent pour des écoles alternatives
pour la plupart cela se passe bien très jeune et cela se corse au primaire
On m'a  toujours amené à penser que c'était une mauvaise solution, qu'on finissait par éduquer les riches avec les riches les pauvres avec les pauvres. Pour moi les écoles "autres" s'était nul point barre

Mais l'argument qui s'y est confronté c'est que, loin de vouloir éduquer une petite élite à côté, certains pensent que leur mission, s'ils trouvent la société actuelle pas à leur goût, et qu'elle est en partie le produit de la façon dont on éduque le peuple,
c'est de faire le choix d'éduquer autrement, et qu'en avançant, cette nouvelle éducation fera un groupe toujours plus grand de personnes qui feront évoluer le monde d'une autre manière.
 on peut trouver cela présomptueux ou courageux, ou les deux.

Le problème est de savoir si ces nouveaux types d'éducation proposés sont réellement meilleurs, est ce qu'il produisent des êtres humains plus libres, plus autonomes...?

Et le problème et de faire attention à ce que nos enfants ne soient pas les cobayes de nos idéaux.

C m'a aussi parlé d'un procès de nombreux adultes contre leurs parents, les accusant de les avoir fait vivre en marge d'une réalité.

Est ce qu'éduquer c'est apprendre à son enfant à vivre avec l'autre ?
Quel qu'il soit, aussi con et différent de moi soit-il ?
Peut être.

Ce post part dans tous les sens , c'est un condensés de toutes mes réflexions sur le sujet,
ça n'a pas pour but de pousser une réflexion très profonde... hein
mais vous pouvez réagir en disant des trucs profonds, je les ferai suivre ;-)
mais je dirai pas que c'est moi qui l'ai dit,
on m'a jamais appris à mentir, je sais pas faire, c'est mon côté "scolaire" ;-)




dimanche 1 mars 2015

2ème volet / les expressions c'est mon dada







Devant le succès de la première
nous voilà repartie avec une nouvelle sélection de mes expressions préférées


- J'ai une montée de Dalida
mon coloc quand il chante trop de Dalida à la maison

-Je le mets ailleurs parce que là c'est incertain 
T. presque 4 ans.

-Je suis en plein désert stylistique 
E du sud et moi quand on est dans une phase je passe ma vie en jogging

- Et ça, c'est qualité !
expression de E du sud pour signifier que quelque chose est super bien
ex: "samedi on va bien danser, et ça, c'est qualité !"


-être pépouf
expression quasi mythique de P. qui signifie être tranquille,
souvent attaché à l'idée d'être avachie sur son canapé ou simplement d'être chez soi et de ne rien faire.
à l'origine souvent dédié aux femmes (mix probable et inconscient de "une pouf avachie dans un pouf") le terme c'est maintenant élargi à l'ensemble de la population
ex: "Qu'est ce que je fais ?  chui pépouf à la maison"

et son dérivé
- une pépoufade
de R.







Et pour finir une réplique parfaite de mon coloc  :

- Je suis né parce que ma mère à un peu trop fêter la victoire de François Miterrand





jeudi 26 février 2015

La région Sud de France

a réalisé cette vidéo à partir d'extraits de films tournés dans son territoire.
Moi j'adOOOre

à regarder en grand écran s'il vous plait


Destination Sud de France: Des paysages comme au cinéma from French Kiss production on Vimeo.

dimanche 22 février 2015

Les deux qui me font le plus rire au monde en ce moment


En cuisine


Je lis beaucoup de blogs cuisine,
je mets beaucoup de recettes de côté dans un onglet voué à cette tâche
mais je mets souvent beaucoup de temps à les réaliser
des fois il y a des embouteillages dans l'onglet.
(des mois, voire des années que je veux faire le porc au caramel d'élise, ce soufflé au fromage, cette pavlova, ces travers de porc vietnamiens, ces rouleaux de nori... )


J'ai un fantasme d'être une cuisinière organisée,
dans une cuisine épurée
(pas des tonnes de trucs ou de machines, ou d'ustensiles qui pourrissent qui traînent...naaaan un truc avec l'essentiel)







bon vous voyez le délire puisque c'est celui qu'on voit partout sur pinterest !
la preuve avec ces photos !

Donc même si je trouve que je mange trop souvent du riz avec une salade et un avocat, (le pire c'est que je ne m'en lasse même pas) je fais quand même un peu de "vraie" cuisine.

Aujourd'hui j'ai fait une recette qui est dans mon onglet depuis que je suis rentrée d'Asie.

/ragout-de-boeuf-citronnelle/



Mais le gros sujet de 2015 c'est le pain

j'ai beaucoup réfléchi au pain pendant mon voyage
pas que ça m'ait réellement manqué car on en trouve,
du pain blanc plutôt pas génial.

Non ce qui m'agace en France c'est (hors du débat gluten/pas gluten dont je me contrefiche)
que si je réfléchis mon alimentation pour m'éloigner des produits raffinés, des produits trafiqués, il faut sérieusement réfléchir à cette baguette de mon boulanger que j'achète parfois tous les jours.

Parce qu'ils ont beau faire tout les efforts du monde au niveau marketing pour que toutes les boulangerie banette & co véhicule un message de tradition,
on sait juste que les farines sont blanchies, mélangées, trafiquées.
Et que même un pain annoncé "bio" en boulangerie, la plupart de temps, correspond à un pain fait avec une farine issue de l'agriculture bio mais qu'il n'est pas pour autant interdit d'y ajouter tous les additifs qu'on veut.
Et au niveau du levain, on trouve encore des boulangerie au levain naturel mais je n'en ai pas près de chez moi...

Bref je ne vais pas faire une liste argumentaire, je ne cherche à convaincre personne,
c'était juste un cheminement logique pour moi de tenter de faire mon propre pain avec (surtout) mon propre levain (vous savez toute ces bactéries nécessaires aux corps pour se défendre qu'on supprime peu à peu partout et qu'après il faut que j'achète des probiotiques qui coûtent 4 bras)
et comme j'ai la chance d'avoir le temps de faire cela et que ce genre d'aventure me passionne je me suis lancée. 

donc
j'ai lu des milliard de posts sur la fabrication maison du pain !
L m'a donné un bout de son levain que j'entretiens
par chance C a pu me prêter une machine à pain dont je ne me sers pour pétrir
et pour cuire la cuisson au four !

 et après quelques essais je suis parvenue à ce résultat dont je ne suis pas peu fière !



pain d'épeautre/  cuisson en cocotte / à l'abri dans son furoshiki



et si vous voulez un truc joyeux à regarder ce soir :





mardi 17 février 2015

je suis sous le choc


Je viens de découvrir une émission de Petit renaud consacré à la boulangerie/pâtisserie de mon enfance et, encore aujourd'hui, de mes dimanches.

Je vous ai dit que je n'achetais plus de pain, mais les pâtisseries c'est ici que je les achète toujours...
Et c'est dans ce village là que je fais mon marché tous les dimanches.

Quand j'avais 10 ans, c'est au bord de cette fontaine que j'ai usé mes méduses avant d'aller passer nos journées au bord de la rivière.
Escale obligatoire pour le café du papa et pendant ce temps ma soeur et moi allions nous étouffer aux éclairs au chocolat et aux millefeuilles dès 8h du matin !

Bon j'arrête mes violons, mais pouh ça m'a mis la larme à l'oeil cette émission...


lundi 16 février 2015

les expressions qui font du bien - volume 1




Attention la dépression de février nous guette !
nouvelle rubrique
(oui je sais je multiplie les rubriques éphémères en ce moment)

mais cette fois ci rubrique participative !
je compte sur vos propositions pour le volume 2

Avec mes copines du nord ou du sud de la ville ou de la campagne
on affectionne les belles expressions de notre langue.
surtout si c'est nous qui les inventons !

Mais comme j'ai trop peu de mémoire, je vais essayer de les répertorier ici régulièrement,
et de vous faire profiter de ces petites gouttes de wasabi de conversation !

ON COMMENCE 





Petit répertoire :

-bête à sucer des cailloux
expression de F.L.
(maître de conférence en histoire de l'architecture quand même, qui vient de publier sa thèse)
pour nommer une personne peu réfléchie

-rire comme un canard
expression de C.P. adepte de la pratique
signifiant rire bruyamment et de bon coeur


-de douze
expression venant d'amis masculin cette fois, qui aurai des origines suisse, 
pouvant se placer à la fin d'un groupe de sens afin d'en appuyer la taille,
exemple:
j'ai pris une cuite de douze 

-verbe puter
expression de P.S. (grande source d'inspiration en terme d'expression nouvelle parisienne, que je vois malheureusement trop peu souvent)
exemple :
elle a puté toute la soirée
signifiant : dire du mal de


-J'te cause un cauchemar?
Toujours de P.S. 
signifiant sa crainte que ce qu'elle est en train de raconter puisse être la cause d'une angoisse pour son interlocuteur.

-Vous avez des tranches de saucisson devant les yeux ou quoi ?
celle là est sortie aujourd'hui de la bouche de mon formateur en conduite d'autocar.
no comment  (il devait avoir faim)

- Je ne peux pas la boire
expression de B.E. amie américaine qui malmène la langue française pour mon plus grand plaisir.

" Elle, je peux pas la boire !
-non B., tu veux dire je ne peux pas la voir !
-non, non, je peux pas la boire, elle est IMBUVABLE"








vendredi 13 février 2015